80 ans d'ELVIS

 

diapo elvis

 

elvisphoto.gif

 

diapos des films d'elvis

 



 

Certains noms sont entrés à jamais dans la légende, celui d’Elvis Presley .

connu aussi sous le surnom du King .

 


Considéré comme le premier artiste rock de l'histoire, Elvis Presley, alias le King,
a marqué de sa voix de velours l'Amérique des années sixties.
Issu d'une famille pauvre, le jeune Elvis est chauffeur-livreur,
tout en rêvant sur des airs de gospel et de blues.
C'est durant l'été 1953 qu'il décide de s'essayer à la chanson et enregistre son premier morceau 'My Happiness' chez Sun,
petite maison d'édition. Son timbre particulier le fait rapidement connaître au point que son premier 78 tours sort en 1954.
'That' s Allright Mama', chanson de blues à l'origine, Elvis la transforme en rock'n' roll haletant.
L'accueil est retentissant, de même que les concerts du jeune homme au balancement du bassin donnant une pulsion sexuelle
à ses chansons qui fait hurler les groupies et lui vaut le surnom de 'The Pelvis'. Après un passage à l'armée en 1958, il revient
a la musique et joue des films à l'eau de rose lui assurant le succès.
Mais les temps sont durs pour le jeune Elvis. Pendant qu'il officiait sous les drapeaux, quatre garçons dans le vent
ont débarqué dans la chanson : les Beatles.
Ceux-ci ne se privent pas de se moquer publiquement de l'interprète de paroles sirupeuses,
bien éloignées de leur style. L'échec de son mariage avec Priscilla Beaulieu,
et surtout la mort prématurée de sa mère, laisse Elvis désemparé.

en 1979
Elvis Presley prépare son grand retour sur scène à Las Vegas après 8 ans d’absence.
Seul dans sa chambre, il tente de se rassurer malgré les doutes qui l’assaillent
et repense à son passé… Il se souvient de son enfance dans la pauvreté, de son
jumeau mort-né et de ses parents, de ses frasques au Lycée de Tupelo,
de son arrivée à Memphis et de cette incroyable ascension vers la gloire qu’il n’a pas toujours su gérer.
Sans oublier le grand amour de sa vie, Priscilla…

Dirigé par un agent sans scrupules faisant fit des problèmes de santé de la star,
Elvis s'épuise dans un rythme effréné de concerts.

Le King n'est plus le fringuant jeune rocker en blouson noir
mais un chanteur en pattes d'eph bouffi par l'alcool et la drogue
ainsi que par un régime alimentaire gargantuesque. Victime d'un malaise sur scène en 1977,
il meurt dans sa demeure de GraceLand à 42 ans, vidé et détruit par les médicaments .

 

 

La mort d'Elvis Presley

Le 16 août 1977, The King of rock'n roll s'éteint dans la salle de bain de sa luxueuse maison de Graceland. Celui qui a donné ses lettres de noblesse à ce style de musique quitte le monde des vivants à la surprise générale. Toute la planète est en émoi, c'est une légende de la musique qui tire sa révérence. Même si l'on savait l'homme un peu à l'agonie musicalement parlant et que l'on supposait une hygiène de vie quelque peu excessive, personne ne s'attendait à son décès si rapidement. 35 ans après ce drame, des interrogations autour de cette mort si subite sont encore d'actualité. Alors que s'est-il réellement passé ? Suicide, meurtre, overdose ou montage de toutes pièces de son décès ? De nombreuses théories ont été échafaudées jusqu'à douter de sa mort. 35 ans après, il était intéressant de se poser certaines questions... !!!

Biographie rapide

Pas besoin de rentrer dans tous les détails de son énorme biographie qui a déjà longuement été passée au crible.
Elvis Aaron Presley est né en 1935 à Tupelo dans le Mississippi d'une famille modeste.
Sa mère est ouvrière et son père travaille dans une épicerie.
Il suit une éducation religieuse pratiquante au sein d'une église protestante, dans laquelle il chante du gospel.
Passionné également par le blues qu'il écoute en cachette, il se voit offrir par ses parents une guitare à l'âge de 11 ans.
En difficultés financières, la famille déménage à Memphis et Elvis commence divers petits boulots.
Mais il rêve de pouvoir conduire un camion, ce qu'il fera après sa scolarité secondaire.
En 1953, il pousse la porte d'un petit studio afin de tenter sa chance et enregistre à ses frais deux chansons.
Sam Philips, le responsable du studio, qui recherche de nouveaux jeunes talents le recontacte pour de nouveaux essais.
Malgré des débuts peu concluants, le jeune Elvis possède une mémoire musicale impressionnante et en 1954
il éblouit Sam Philips avec une version très rock'n roll de la chanson « That's all right Mama ».
Sa carrière est lancée et dans les deux ans qui suivent, il devient l'idole de toute une nation avec des titres
tels que « Heartbreak Hotel, Blue Suede shoes et le très suggestif Hound dog ».
Les déhanchements de Presley déchainent les passions entre les fans qui se retrouvent en lui
et ses détracteurs qui fustigent l'attitude trop équivoque du chanteur. Parallèlement,
il entame aussi une carrière à Hollywood avec plusieurs films à succès. En 1955,
il signe un contrat d'exclusivité avec Thomas Andrew Parker dit « le Colonel ».
Un homme plutôt autoritaire à qui rien n'échappe. Ensemble ils vont monter un des premiers merchandising
de l'histoire musicale à coup de produits dérivés à l'effigie du chanteur.
Les tournées s'enchainent mais Presley ne se produit qu'aux Etats-Unis ou au Canada.
Son manager préfère asseoir la notoriété du chanteur en Amérique plutôt que de se disperser en Europe.
1958, Elvis part faire son service militaire en Allemagne. Ce départ est plutôt curieux,
car dans cette période, il n'était pas nécessaire de l'envoyer en dehors du pays,
surtout qu'il était le seul appui de sa famille. Ce qui tendrait à prouver que certaines personnes
ont voulu éloigner le chanteur, afin de préserver la jeunesse américaine. Juste avant son départ,
sa mère décède à 46 ans d'un problème cardiaque. Elvis ne s'en remettra jamais et ces deux événements conjugués
vont changer la personnalité de Presley. A son retour, il composera quelques titres de gospel
et se consacrera presque exclusivement à sa carrière hollywoodienne. Mais les films sont moyens
et Elvis n'est plus une valeur sure dans les années 60. L'arrivée de groupes britanniques comme les Beatles
ou les Rolling Stones apporte une nouvelle vague musicale.
En 1968 il met un terme à sa carrière hollywoodienne et s'apprête à se remettre en selle
avec un come-back pour la chaîne NBC. Entretemps il se marie à Priscilla Beaulieu en 1967,
qui donne naissance à une fille Lisa-Marie en 1968. Ce mariage ressemble plus à un arrangement qu'autre
Surtout pour Priscilla ! En 1969, il enregistre deux albums, considéré comme les plus aboutis par les critiques,
et entame une série de concerts à Las Vegas qui feront salle comble.
Il rempile en 1970 avec deux nouvelles séries de concerts qui auront tout autant de succès.
Cette même année, il rencontre le président Nixon dans le cadre d'un programme qui a fait couler beaucoup d'encre :
« Agent du Bureau des narcotiques et des drogues dangereuses ».
Si bien que beaucoup de contradicteurs estiment que Presley tente un effet de manche pour ne pas subir
de répression avec sa consommation de médicaments et de drogues.
Même s'il a toujours nié avoir pris des substances illégales, des rumeurs circulent au sujet de consommation de cocaïne.
En 1972, il se sépare de Priscilla et en 1973 il donne son fameux concert en direct d'Hawaï,
retransmis pour la première fois par satellite. On estime que 1.5 milliards de téléspectateurs ont suivit le show.
1973 sera aussi le début des problèmes de santé du King suite à l'absorption continuelle de médicaments.
Malgré ses problèmes et la fatigue, Elvis continue inlassablement ses concerts jusqu'en 1977.
Il décède le 16 août 1977 dans la salle de bain de sa propriété de Graceland à Memphis.

La mort d'Elvis Presley

Elvis est retrouvé inanimé dans sa salle de bain en début d'après-midi de la journée du 16 août
par sa compagne de l'époque Ginger Alden. Des proches tentent de pratiquer le bouche-à-bouche afin de le réanimer,
mais rien ne se passe. Les ambulanciers qui arrivent un peu plus tard tentent également des massages cardiaques
et l'intube, mais sans succès. Il est emmené à l'hôpital, où son décès est constaté.
L'autopsie révèlera qu'Elvis Presley est mort d'une arythmie cardiaque due à l'absorption régulière
de grosses doses de médicaments. Les médecins déclarent avoir retrouvé la trace de 14 médicaments
différents dans son système sanguin, et que la partie gauche de son cœur était deux fois plus grosse que la normale.
Il pesait 102kg.

 

c'est 32 films

1956 : Le Cavalier du crépuscule (Love Me Tender), de Robert D. Webb, dans le rôle de Clint Reno.
1957 : Amour frénétique (Loving You), de Hal Kanter, dans le rôle de Jimmy Tompkins (Deke Rivers)
1957 : Le Rock du bagne (Jailhouse Rock), de Richard Thorpe, dans le rôle de Vince Everett.
1958 : Bagarres au King Créole (King Creole), de Michael Curtiz, dans le rôle de Danny Fisher.
1960 : Café Europa en uniforme (G.I. Blues), de Norman Taurog, dans le rôle de Tulsa McLean.
1960 : Les Rôdeurs de la plaine (Flaming Star), de Don Siegel, dans le rôle de Pacer Burton.
1961 : Amour sauvage (Wild in the Country), de Philip Dunne, dans le rôle de Glenn Tyler.
1961 : Sous le ciel bleu de Hawaï (Blue Hawaii), de Norman Taurog, dans le rôle de Chad Gates.
1962 : Le Shérif de ces dames (Follow That Dream), de Gordon Douglas, dans le rôle de Toby Kwimper.
1962 : Un direct au cœur (Kid Galahad), de Phil Karlson, dans le rôle de Walter Gulick aka Kid Galahad.
1962 : Des filles... encore des filles (Girls! Girls! Girls!), de Norman Taurog, dans le rôle de Ross Carpenter.
1963 : Blondes, brunes, rousses (It Happened at the World's Fair), de Norman Taurog, dans le rôle de Mike Edwards.
1963 : L'Idole d'Acapulco (Fun in Acapulco), de Richard Thorpe, dans le rôle de Mike Windgren.
1964 : Salut, les cousins (en) (Kissin' Cousins), de Gene Nelson, dans le rôle de Josh Morgan/Jodie Tatum.
1964 : L'Amour en quatrième vitesse (Viva Las Vegas), de George Sidney, dans le rôle de Lucky Jackson.
1964 : L'Homme à tout faire (Roustabout), de John Rich, dans le rôle de Charlie Rogers.
1965 : La Stripteaseuse effarouchée (Girl Happy), de Boris Sagal, dans le rôle de Rusty Wells.
1965 : Chatouille-moi (Tickle Me), de Norman Taurog, dans le rôle de Lonnie Beale/Panhandle Kid.
1965 : C'est la fête au harem (Harum Scarum), de Gene Nelson, dans le rôle de Johnny Tyronne.
1966 : Une Rousse qui porte Bonheur (Frankie and Johnny), de Frederick De Cordova, dans le rôle de Johnny.
1966 : Paradis hawaïen (Paradise, Hawaiian Style), de Michael D. Moore, dans le rôle de Rick Richards.
1966 : Le Tombeur de ces Demoiselles (Spinout), de Norman Taurog, dans le rôle de Mike McCoy.
1967 : Trois gars, deux filles… un trésor (Easy Come, Easy Go), de John Rich, dans le rôle de Lt. Ted Jackson.
1967 : Croisière surprise (Double Trouble), de Norman Taurog, dans le rôle de Guy Lambert.
1967 : Clambake (en), de Arthur H. Nadel, dans le rôle de Scott Heyward/Tom Wilson.
1968 : Micmac au Montana (Stay Away, Joe), de Peter Tewksbury, dans le rôle de Joe Lightcloud.
1968 : À plein tube (Speedway), de Norman Taurog, dans le rôle de Steve Grayson.
1968 : Le Grand Frisson (Live a Little, Love a Little), de Norman Taurog, dans le rôle de Greg Nolan.
1969 : Charro (Charro !), de Charles Marquis Warren, dans le rôle de Jess Wade.
1969 : Filles et show business (The Trouble with Girls), de Peter Tewksbury, dans le rôle de Walter Hale.
1969 : L'habit ne fait pas la femme (Change of habit), de William A. Graham, dans le rôle du Dr John Carpenter.

 

Les funérailles

Le corps d'Elvis Presley fut exposé dans la propriété de Graceland pendant toute la journée du 18 août.
Près de 100'000 personnes ont rendu un dernier hommage au King pendant cette seule journée. Le 19 août,
la dépouille est escortée par six motards et une dizaine de limousines blanches jusqu'au Forrest Hill Cemetery,
où il reposera jusqu'au début du mois d'octobre. Une messe avait été célébrée préalablement
dans la salle de musique en compagnie de ses proches. Pour des raisons de sécurité,
la dépouille fut transférée au début du mois d'octobre à nouveau dans la propriété de Graceland.
Autant dire qu'il eut des funérailles dignes d'un chef d'état, mais très rapides.

Les interrogations

Il est clair qu'une disparition si subite alimente tout de suite un certain nombre d'incompréhensions
et d'interrogations. Un tel mythe de la chanson, une telle figure du show business ne peut mourir si subitement.
On ne veut pas et on ne peut pas y croire. Du coup, de nombreuses questions surgissent
et les moindres petits détails sont minutieusement décortiqués pour tenter d'expliquer cette disparition.
Notamment son médecin personnel, qui fut sous le feu des critiques pour ne pas avoir su gérer la prise inconsidérée
de médicaments par la star. D'ailleurs son toubib fut radié de l'ordre des médecins.
Cet épisode fera naître une possibilité de suicide d'Elvis chez certains journalistes.
D'ailleurs cette thèse fut étayée par une déclaration d'un proche, qui avait noté qu'Elvis s'était retranché seul
dans sa salle de bain, alors qu'il était constamment suivi dans tous ses déplacements, suite à ses problèmes de santé.

Autre interrogation. Pourquoi avoir tenté de réanimer Elvis à Graceland pendant près de 40 minutes,
au lieu de le transporter tout de suite à l'hôpital. D'après le témoignage de Joe Esposito,
un grand ami du chanteur, qui fut un des premiers à arriver sur les lieux, le corps de la star était déjà froid à 13h30.
Il semble donc bien qu'Elvis se soit déjà écroulé dans la matinée. Alors pourquoi s'évertuer à intuber le chanteur alors que le corps est déjà froid ? Certains pensent que c'était pour effectuer une sorte de lavage d'estomac, suite aux rumeurs de prise de drogues. Si l'on avait découvert des traces de substances illégales, il va sans dire que la crédibilité et l'aura d'Elvis auraient été sérieusement entachées. Sans oublier ses proches qui auraient été les cibles de journalistes peu scrupuleux.

Enfin le nettoyage de la salle de bain bien avant que la police n'arrive sur les lieux,
et qui indique la volonté de faire disparaitre certains indices compromettants,
qui auraient facilement pu ternir l'image de la star.

La théorie de la disparition volontaire

Comme de nombreuses personnalités politiques ou du show business (Kennedy, Monroe, etc),
la théorie du complot fait également son apparition. Combien de fois a-t-on entendu qu'il n'était pas mort,
qu'on l'avait aperçu aux quatre coins des Etats-Unis ou qu'il avait décidé de disparaître ne supportant plus d'exposer sa surdose de poids aux yeux des fans. Bref, ça prête plutôt à sourire, cependant de nombreux détails difficilement explicables suffisent à alimenter cette théorie du complot.

Tout d'abord le certificat officiel de décès a été rédigé 2 mois après sa mort.
Le premier certificat a tout bonnement disparu.
Le corps a été très brièvement à découvert lors des funérailles. Certaines personnes ont noté des caractéristiques qui n'étaient pas propres au King. Des mains belles et douces, alors qu'elles étaient habituellement abimées par de longues sessions de karaté. Un favori qui semblait se décoller et des sourcils trop prononcés. Si bien que la thèse d'un mannequin de cire en lieu et place de la véritable dépouille s'avère loin d'être farfelue.
Deux heures après l'annonce de sa mort, une personne lui ressemblant comme deux gouttes d'eau avait acheté un billet d'avion pour Buenos Aires sous le nom de John Burrows, un nom d'emprunt que le King avait souvent utilisé auparavant.

Une certaine Miss Foster avait indiqué qu'elle avait reçu un coup de téléphone d'Elvis
lui annonçant qu'il laissait tomber la tournée qu'il devait entreprendre, que ce n'était pas pour des raisons de santé,
et qu'il se sentait très bien. Elle a déposé son témoignage avec le détecteur de mensonges. En aucun cas, elle avait menti lors sa déposition.

Victime de sa gloire, il ne pouvait plus sortir de chez lui sans qu'une nuée de paparazzis soient à ses trousses.
De plus, sa voix ne suivait plus et il commençait à être trop fatigué. Il sentait sa carrière arriver à son terme.
L'argent de son assurance vie ne fut jamais réclamé.

De nombreux effets personnels avaient disparus lors de sa mort, dont les bijoux de sa mère
auxquels il tenait énormément et des livres de numérologie ou d'ésotérisme qu'il affectionnait particulièrement.

Un million de dollars avait été prélevé peu de temps avant sa mort. Argent qui ne fut jamais retrouvé.

Enfin pour couronner le tout le médecin annonce à 16h00 que le King est mort d'une arythmie cardiaque,
alors que l'autopsie n'a pas encore été pratiquée.... !!!

Bref toutes ses anomalies et bien d'autres encore ont considérablement gonflé la thèse du complot
et on est en droit de se poser un certain nombre de question.

Le gouvernement dans la confidence ?

Autre théorie qui fait son apparition, celle du gouvernement après la visite du King à la Maison Blanche.
D'après certaines rumeurs, le King aurait donné au gouvernement des noms de gros fournisseurs de drogue en contrepartie
d'une certaine immunité pour ses prises de drogue. Sans entrer dans le mythe de la mafia,
il semblerait, pour ces propagateurs de rumeurs, que sa tête aurait été mise à prix par ces barons de la drogue.
Un employé aurait alors été grassement payé pour mettre un terme à la vie d'Elvis
en lui faisant ingérer des cachets trop puissants.

La thèse officielle

Selon les experts médico-légaux et le rapport d'autopsie, Elvis est mort d'une attaque cardiaque.
Le rapport toxicologique indique qu'il subsistait dans le corps du chanteur,
les traces de 14 médicaments différents pris à haute dose. D'après les médecins,
Elvis souffrait également de problèmes intestinaux, dus probablement à sa nutrition peu équilibrée
et sa consommation excessive de médicaments. D'après ceux qui l'ont côtoyé,
il s'envoyait trois vagues de pilules et d'injections par jour, qui en aurait fait verser plus d'un.

Que s'est-il donc passé en ce jour du 16 août 1977 ?

Ce que l'on sait de source sure, c'est qu'Elvis s'est couché très tard la nuit du 15 au 16 août.
Ses assistants lui ont amené son cocktail de médicaments et deux hamburgers-frites
avant qu'il se couche aux alentours de 5 heures du matin. Ils attestent qu'ils sont restés avec lui,
car il avait tendance à s'endormir en mangeant sous l'effet des pilules. Afin d'éviter qu'il s'étrangle avec sa nourriture,
ils avaient l'obligation d'être à ses côtés. Elvis s'endort et se réveille vers 9 heures du matin
(d'après Ginger Alden), il se lève et part dans la salle de bain pour lire (ce qui était assez fréquent).
Ginger se rendort et se réveille vers midi. Elle entre dans la salle de bain et découvre le corps inanimé du King.
Elle prévient ses assistants et Joe Esposito qui avait rendez-vous avec Elvis.
Ils tentent de le réanimer en attendant les ambulanciers qui arrivent peu de temps après.
Mais le corps est déjà froid, Elvis est mort. Un des assistants ramassent un grand nombre de médicaments
qui sont tombés sur le sol de la salle de bain. Apparemment il n'a pas pris sa deuxième dose de médicaments.
Les ambulanciers transportent le corps de Presley au mémorial Hospital, où son décès est officiellement constaté.
L'annonce est divulguée aux médias à 16h00 le 16 août 1977.

Alors suicide, overdose ou meurtre ?

Tout d'abord le suicide. Malgré les dires d'un de ses assistants, il est peu probable qu'Elvis se soit suicidé.
Le King avait des principes et surtout la foi. Il n'aurait pas intenté à ses jours, même dans la dépression.
De plus, malgré sa fatigue chronique et sa prise de poids, il n'avait pas l'intention de quitter la scène
et il souhaitait honorer son contrat jusqu'à son terme.
Il n'avait jamais donné l'impression de vouloir quitter le monde des vivants, malgré ses déboires,
malgré des dépressions et malgré son mal de vivre.

Le meurtre est la théorie la plus saugrenue de toutes. Graceland était une forteresse et il est difficilement
imaginable qu'une personne ait pu s'introduire dans la maison. Quand aux proches,
il est quasiment impossible de penser qu'un de ses proches ait pu vouloir lui nuire, même à coup de dollars.

L'overdose est pratiquement impossible, puisqu'il n'avait pas pris la totalité de sa deuxième vague de médicament.

Il ne reste donc plus que la mort naturelle, qui semble bien être la thèse la plus crédible.
Il est cependant possible que tout n'ait pas été dit médicalement parlant sur son décès.
D'après un ouvrage sorti récemment de son médecin personnel, il semble qu'Elvis avait de gros problèmes intestinaux,
dus à la surconsommation de médicaments et à une nutrition peu équilibrée. En fait,
il suggère une constipation chronique qui lui aurait fait prendre beaucoup de poids et qui aurait pu être la cause de sa mort.

Alors qu'en est-il ?

La fatigue, les médicaments, l'hygiène de vie conjuguée avec ses problèmes intestinaux ont certainement eu raison
de la santé du King. Il n'y a malheureusement aucune théorie du complot, même si certains points restent sans réponse.
Il est tout à fait possible qu'un mannequin de cire ait été déposé en lieu et place de la dépouille.
Il ne faut pas oublier que les funérailles eurent lieu 48 heures après le décès du chanteur.
Le corps n'était peut-être pas prêt pour être exposé, et pour des simples raisons de sécurité.
Ce fameux John Burrows n'est qu'une simple coïncidence. Le nom Burrows est très répandu aux Etats-Unis,
comme Smith ou Dupond en France. Il suffit de taper John Burrows sur internet pour s'en rendre compte.
Les effets personnels manquants ont été tout bonnement déposés dans le cercueil avec le corps.
On sait à quel point le King vénérait les bijoux de sa mère et ses livres de numérologie et d'ésotérisme.
De plus il avait une certaine vision de la mort et de la vie après la mort.
Quoi de plus normal que de mettre ces fameux effets avec lui. Quand à l'argent prélevé juste avant sa mort,
rien de bien mystérieux. On savait pertinemment qu'il avait des soucis de trésorerie
et qu'il remontait sur scène pour combler ces trous. Il n'y a rien d'extraordinaire là dedans.
Peut-être devait-il payer diverses prestations qui n'étaient pas forcément déclarées.

conclusion

Elvis est mort et bien mort. Lorsqu'une célébrité tire sa révérence,
on a toujours de la peine à admettre l'inéluctable. Conjugué avec certains petits détails troublants,
il n'y a qu'un pas pour considérer ce décès comme suspect. On connait la facilité des américains à douter de tout
et forcément par extension à échafauder cette fameuse théorie du complot. Bon, vous me direz avec l'affaire Kennedy
ou Martin Luther King, on peut aussi les comprendre. Malheureusement dans le cas Presley, il n'y a rien de mystérieux,
si ce n'est quelques commentaires ou actes maladroits, qui ont pu semer des doutes dans les esprits.
N'en déplaisent aux fans de la première heure, Elvis est bien mort le 16 août 1977 à Graceland,
mais il reste et restera à ce jour une des figures les plus marquantes de l'histoire musicale et universelle.
Pour la petite histoire, c'est un artiste qui pulvérise encore des records de vente, même après sa mort.

Elvis a joué dans 32 films entre 1956 et 1969, il a vendu plus de 700 millions d'albums de son vivant,
et actuellement il aurait dépassé le milliard ! Il a donné plus de 1'100 concerts à travers les Etats-Unis
et le Canada, dont près de 500 rien qu'à Las Vegas. A son palmarès : 90 disques d'or, 50 de platine,
25 de multi platine et 1 de diamant avec 133 millions de copies vendues. D'après le magazine « Forbes »
il serait en tête des personnes décédées les plus riches avec un revenu de près de 50 millions de dollars !!!

Elvis aurait aujourd'hui 80 ans et voilà à quoi il ressemblerait. Cette photo a été retouchée par l'Université de St-Andrew
selon plusieurs paramètres.

(source les enigmes de l'histoire)